L’intolérance au gluten

Compliquée et souvent contraignante au quotidien, l’intolérance au gluten est assez éprouvante. Le processus de cette maladie s’apparente à un parcours du combattant : symptômes, diagnostic, régime alimentaire… Voici ce qu’il faut savoir au sujet du gluten et de l’intolérance à ce dernier. 

gluten

Le gluten : qu’est-ce c’est ?

Depuis quelques années, on entend régulièrement parler du gluten. Il s’agit d’un mélange complexe de protéines, qui est légèrement visqueux. Le plus souvent, il se compose majoritairement de gluténines, qui sont issues de la famille des glutélines, ainsi que de gliadines, qui proviennent de la famille des prolamines. Ces protéines présentent la particularité d’être insolubles dans l’eau.

Le gluten sert de liant au pain, et lui donne son élasticité. Le gluten résulte de l’association de plusieurs éléments nutritifs, lorsqu’une pâte est hydratée. En résumé, le gluten se forme lors du processus d’hydratation, à partir de protéines qui sont naturellement présentes dans les graines de céréales. Et ces protéines peuvent s’associer en raison avec certains autres constituant du grain, ce qui forme ensuite le gluten.

Où le trouve-t-on ?

gluten

Le gluten se trouve dans le pain, mais pas seulement. Il est présent dans la plupart des farines de céréales, comme le seigle, le blé, l’avoine, l’épeautre, le kamut ou encore l’orge. Et il se retrouve donc dans tous les produits qui contiennent ces farines : pain, pizzas, viennoiseries, pâtes, semoule… Le gluten peut aussi se trouver dans les plats surgelés et les sauces, ainsi que tous les produits qui contiennent des épaississants. En somme, le gluten se trouve dans un grand nombre de produits industriels et transformés, ainsi que dans les produits céréaliers. Il est très présent dans notre alimentation.

Pourquoi le gluten est-il mauvais ?

Le gluten est mauvais, car il peut être mal toléré par certaines personnes. On dit alors qu’elles souffrent de la maladie cœliaque. La maladie cœliaque est une réaction du système immunitaire à la consommation de gluten. Au moment de la digestion, le gluten libère la gliadine, qui est un peptide. Les gliadines, qui se trouvent dans le gluten, sont mal absorbées par l’organisme, ce qui provoque l’apparition de symptômes divers. Le corps perçoit alors la gliadine comme une substance hostile, ce qui provoque une réaction excessive de notre système immunitaire, qui cherche tout simplement à la contrer. Cette réaction provoque une destruction des villosités qui recouvrent les parois de notre intestin, ce qui nuit à la bonne absorption des aliments.

Aujourd’hui, des centaines de milliers de personnes souffrent d’intolérance au gluten. Et certaines y sont d’ailleurs allergiques.

Comment savoir que l’on est intolérant ou allergique au gluten ?

La réponse immunitaire anormale de l’organisme face au gluten peut avoir de nombreuses conséquences sur les personnes intolérantes ou allergiques. Les principaux symptômes de la maladie cœliaque sont gastro-intestinaux. Il s’agit le plus souvent de ballonnements, de douleurs abdominales, de vomissements, de nausées ainsi que de diarrhées chroniques. Ce qu’il faut savoir, c’est que ces symptômes de l’intolérance au gluten apparaissent de manière progressive, et non soudainement. Et cela peut donc être très trompeur.

D’autre part, des symptômes secondaires peuvent aussi se manifester, comme un retard de croissance chez l’enfant, une perte de poids, une anémie, une grande fatigue et un manque d’énergie. Il existe d’autres symptômes liés à l’intolérance au gluten, comme des douleurs articulaires, des crampes, des engourdissements, des aphtes, des éruptions cutanées ou encore, des phases dépressives.

Diagnostiquer la maladie cœliaque

Quels que soient les symptômes se manifestant chez une personne atteinte d’une intolérance au gluten, le diagnostic se déroule toujours de la même façon. Pour identifier la maladie cœliaque, les médecins procèdent toujours à une analyse de sang. Celle-ci permet de révéler la présence d’anticorps spécifiques de la maladie, que l’on désigne par le nom anti-transglutaminase. Dans ce cas, si le résultat s’avère positif, les médecins pratiquent une endoscopie avec biopsie du duodénum, qui désigne la partie supérieure de notre intestin grêle. Par la suite, le patient doit alors adopter un régime sans gluten. Dès lors, si les symptômes disparaissent, alors le diagnostic de la maladie cœliaque est posé. La personne est bien atteinte d’une intolérance au gluten.

Allergies et maladies

L’allergie au gluten se manifeste par des symptômes gastro-intestinaux et par l’apparition d’urticaire. En fonction des personnes, ces réactions allergiques peuvent être plus ou moins fortes. On peut aussi évoquer ici l’influence de l’intolérance au gluten sur le syndrome du côlon irritable. En effet, l’intolérance au gluten renforce les symptômes de cette autre maladie du système digestif. Cependant, il est important de les distinguer. Ainsi, une personne atteinte du syndrome du côlon irritable peut confondre ses symptômes avec ceux de l’intolérance au gluten, et inversement. Pour cette raison, il est important de consulter un médecin et de poser un véritable diagnostic.

Comment éviter le gluten ?

Comme vous le verrez, éviter le gluten passe surtout par la suppression des produits industriels de l’alimentation. Il est possible de diminuer, remplacer et supprimer totalement le gluten de nos assiettes.

Les aliments à privilégier et à éviter

gluten

Les personnes atteintes d’une intolérance au gluten doivent éviter un grand nombre d’aliments. D’une manière générale, il faut éviter les pâtisseries, les pains, la semoule et les pâtes, qui contiennent des farines. Les charcuteries sont également à proscrire. 

D’autre part, il est possible de trouver dans le commerce des produits avec les mentions « sans gluten » ou « gluten free », qui indiquent des compositions dénuées de gluten. Ainsi, il est possible de continuer à consommer des produits courants habituellement composés de gluten, sans souffrir de symptômes : pâtes, pain… Les produits laitiers peuvent être consommés par une personne intolérante au gluten (je vous invite d’ailleurs à lire mon article sur les produits laitiers : lien). Elle doit simplement éviter les crèmes gélifiées et les fromages à tartiner, qui peuvent contenir du gluten. De la même manière, les fruits peuvent être mangés sans problème. Il faut simplement éviter les figues sèches enduites de farine. Les poissons et les viandes sont aussi autorisés. Cependant, il convient d’éviter les plats cuisinés (surgelés ou en conserve) qui contiennent de la farine en tant que liant.

Les légumes surgelés, frais ou en conserve se consomment aussi sans souci. Mais prenez garde aux conserves que l’on dit « à l’étuvée », qui peuvent quant à elles contenir des farines. La bière est une boisson à éviter. Néanmoins, il existe des bières sans gluten qui conviennent aux personnes intolérantes au gluten. Enfin, la plupart des confiseries contiennent aussi du gluten. Dans ce cas, il faut privilégier les bonbons acidulés, ainsi que les sucreries « pur fruit » ou « pur sucre », qui n’en contiennent pas.

Diminuer, remplacer et supprimer le gluten

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, diminuer, remplacer et supprimer le gluten n’est pas si difficile que cela. Il suffit d’adopter de bonnes habitudes. Sachez que vous trouverez des produits sans gluten dans les magasins bio et dans les grandes surfaces. Les gammes de produits s’étendent, et permettent aujourd’hui de diversifier son alimentation et de se faire plaisir sans avoir à consommer du gluten. Mais les plats industriels, et les gâteaux de ce genre ne sont pas toujours très nutritifs, ni très bons au goût. La plupart du temps, ce sont les pâtes sans gluten qui remportent un franc succès. On trouve aussi des biscuits, du pain…

Si vous souhaitez suivre vos propres recettes, c’est encore mieux. Vous trouverez un large choix de recettes de pain et autres sans gluten. En magasins bio, des farines spécifiques vous permettront de préparer vos propres pains, pâtes à pizza et autre. N’hésitez pas à cuisiner vos produits, qui seront assurément plus nutritifs et meilleurs en goûts que la plupart des produits vendus dans le commerce.

Adopter un régime sans gluten

Commencer un régime sans gluten peut paraître complexe, tant les produits qui en contiennent sont nombreux. Voici néanmoins quelques astuces qui permettent de bien démarrer un régime sans gluten. Commencez par arrêter les plats préparés, et reprenez le goût de la cuisine. Quelques minutes de cuisine chaque jour vous permettent de déguster des plats délicieux, sains et sans gluten ! Dans la même logique, n’hésitez pas à préparer vos plats en avant, pour ne pas être pris(e) au dépourvu. Si vous préparez des plats pour deux jours, vous n’aurez besoin de cuisiner qu’un jour sur deux. Et votre régime sans gluten sera bien plus facile.

Au restaurant, évitez autant que possible les produits susceptibles de contenir du gluten. Optez pour une salade, notamment si vous voulez être certain(e) de ne pas ingérer de gluten. Si vous êtes invité(e), prenez le temps de manger un peu avant. Proposez aussi de préparer un cake pour la soirée, sans gluten. N’hésitez pas à apporter quelques délices sans gluten pour l’apéritif et expliquez à vos proches que vous ne tolérez pas le gluten. Ils seront compréhensifs !

Gluten : grossesse et nourrisson

Faut-il consommer ou non du gluten durant la grossesse ? Et après ? Que faire si on est intolérante au gluten et enceinte ? Les réponses.

La grossesse : avec ou sans gluten ?

Pour une femme intolérante au gluten, la grossesse ne doit pas être un prétexte pour reprendre une alimentation riche en gluten. Bien au contraire. Si vous avez arrêté le gluten pour des raisons médicales, il ne faut pas le réintroduire dans votre alimentation. Autrement, les symptômes ne mettront pas longtemps à apparaître. Pis encore, vous allez mal absorber les aliments et les nutriments, pourtant essentiels à votre corps et au bébé. Qui dit mauvaise absorption, dit aussi carences. Et elles sont à éviter à tout prix durant la grossesse.

En revanche, il faut préciser qu’un régime sans gluten ne présente absolument aucun risque durant la grossesse. En effet, les médecins s’accordent sur ce point. Il n’existe aucun risque à manger sans gluten durant la grossesse, que ce soit pour la maman ou pour le bébé. Les femmes enceintes qui souhaitent exclure le gluten de leur alimentation doivent simplement veiller à conserver une alimentation équilibrée. 

Le nourrisson : que manger après la grossesse ?

Bien sûr, on ne reste pas enceinte indéfiniment. Alors, que se passe-t-il après la grossesse ? Faut-il donner du gluten à son bébé ? Si le médecin diagnostique une intolérance au gluten chez l’enfant, il est évident que celui-ci devra aussi manger sans gluten. Et ce, dès son plus jeune âge.

Chez les enfants, la diversification alimentaire débute à l’âge de six mois. À partir de ce moment, les bébés présentent des besoins nutritionnels plus importants, d’où le besoin d’intégration de céréales dans leur alimentation. Mais avant l’âge de huit mois, il faut privilégier les céréales sans gluten ! En effet, le système digestif des bébés ne peut pas assimiler le gluten, car il n’est pas encore suffisamment développé. Mais même après huit mois, un enfant peut tout à fait suivre un régime sans gluten, notamment s’il présente des signes d’intolérance. Si le diagnostic se pose généralement vers l’âge d’un an, il est possible de déceler les premiers signes de l’intolérance au gluten bien plus tôt. Et pour les enfants, les symptômes sont les mêmes que pour les adultes. De plus, dans une grande partie des cas, l’intolérance au gluten peut aussi générer une intolérance au lactose.

Le gluten fait-il grossir ?

C’est une question qui préoccupe de nombreuses personnes : le gluten fait-il grossir ? Et cette question est parfaitement légitime. Notamment en raison du fait que le gluten se trouve dans une grande partie des aliments que nous consommons (et notamment dans les produits industriels, réputés pour être caloriques).

Si l’alimentation sans gluten permet effectivement de perdre du poids, c’est notamment parce qu’elle est liée à une réduction importante des apports en glucides. Mais également parce que le gluten se retrouve dans les produits industriels, qui contiennent notamment des acides gras trans ou saturés, des sucres, des pesticides, etc.

On ne peut donc pas considérer que le gluten à lui seul fasse grossir, mais plutôt que les produits dans lesquels ils se trouvent sont mauvais pour la santé, et pour la ligne. Adopter un régime sans gluten permet de supprimer tous les produits industriels de notre alimentation, et donc de maigrir. Mais la perte de poids ne peut être uniquement liée à l’absence de gluten de notre alimentation. Ainsi, à la question « le gluten fait-il grossir », on ne peut que répondre par « non, pas directement, et pas dans le cadre d’une alimentation saine ». En revanche, un régime sans gluten (et donc sans produit industriel) peut vous permettre de perdre du poids. À condition d’avoir une alimentation équilibrée et de pratiquer une activité physique régulière, bien entendu.

L’intolérance au gluten : ce qu’il faut retenir

L’intolérance au gluten est un mal courant, qui touche de nombreuses personnes. Ses symptômes ne sont pas toujours faciles à comprendre, notamment en raison de leur caractère progressif. Or, avec une supervision médicale, un diagnostic peut être posé. Dès lors, il faut apprendre à diminuer, à remplacer et même à supprimer le gluten de notre alimentation. Mais rassurez-vous, c’est souvent plus facile que cela en a l’air !

Cet article vous a plu ?

Partager sur facebook
Partagez le sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez le sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez le sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partagez le sur Pinterest